Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in /htdocs/wp-content/plugins/pixproof/features/metaboxes/init.php on line 718
Exposition - Icono-photographe

Exposition

CEUX QUI SE TRAMENT

L’exposition « Ceux qui se trament » met en lumière trois regards de photographes: Julien Andrade, Yoann Denaive et Adèle Godefroy sur la mise en scène de Lucile Perain du texte Face de Cuillère de Lee Hall, interprété par Marion Harlez-Citti.

La trame, c’est d’abord une histoire faites de rencontres, de dialogues et de regards. Entre l’équipe artistique. Entre le texte et le plateau. Entre les spectateurs et les artistes. Entre les photographes et la proposition scénique.
Les photographes de spectacle s’immiscent dans les rangs du public, dans les coulisses et sur la scène pour saisir l’éphémère d’une représentation théâtrale, d’une répétition et de la préparation du spectacle.

Passer de la création d’une pièce à la conception d’une exposition transforme les codes du spectacle avec un jeu sur les temporalités: celle de l’instant présent du théâtre immortalisé par l’objectif. Une mise en abime se crée avec le tirage des clichés qui laisse une trace, déterminée par des artistes de théâtre qu’on oublie trop souvent: les photographes de spectacle.

« Ceux qui se trament » veut recréer du lien entre les oeuvres, les artistes, mais surtout les spectateurs afin de poursuivre et d’approfondir la rencontre. C’est la construction d’un maillage, des toiles tissées comme celles sur lesquelles ont été imprimées les photographies.

Le croisement des disciples artistiques permet la multiplication des points de vue. Nous souhaitons rendre hommage au spectateur pour sa contribution à part entière à l’oeuvre lorsqu’il se rend au théâtre, par le regard actif et la présence totale à l’instant.

« Ceux qui se trament » est une passerelle entre plusieurs gestes. C’est le liant qui agglomère la matière. La métaphore avec la peinture est filée par le support d’impression qui se veut un écho aux artistes de l’hyperréalisme américain qui peignent à partir de photographies.
Ici, le geste est inversé. Le support tramé de la toile altère la netteté de la photographie pour laisser place, entre les lignes, à l’imaginaire du spectateur-acteur.

Julien Andrade et Lucile Perain

All images are under copyright © Julienandrade

+There are no comments

Add yours

Theme — Timber
All contents © Pixelgrade 2011-2015
Back to top